ARTHROSE DU LISFRANC

TRAITEMENT

  • Le Lisfranc est l'interligne articulaire tarso-métatarsien et il correspond à l’ensemble des articulations entre le médiotarse (les trois os cunéiformes (C1-C2-C3) et le cuboïde) et le métatarse (les 5 métatarsiens de M1 à M5 ).

  • Cet interligne joue un rôle primordial pour la stabilité et l’amortissement lors de la marche et pour l’adaptation  du pied aux terrains irréguliers.

  • De façon générale, l’arthrose est l’usure du cartilage, et son apparition est le plus souvent liée à l’âge (arthrose dite primitive ou essentielle). Sur le lisfranc, cette arthrose peut aussi être secondaire à:  

         un traumatisme +- ancien (fracture ou entorse)

        - une déformation architecturale du pied (pied plat valgus ou pied creux)

        - une pathologie articulaire inflammatoire chronique (maladie rhumatismale)

DESCRIPTION

lisfranc1.jpg

COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC ?

  • L’examen par un médecin ou un spécialiste devant la symptomatologie (cf. ci-dessous) permet d'évoquer le diagnostic. Les radiographies en charge (debout) sont indispensables pour un diagnostic de certitude, et parfois d'autres examens plus spécialisés peuvent utiles ou nécessaires: scanner, IRM ou scintigraphie.

 

  • La douleur de l’arthrose peut se projeter en regard d’une ou plusieurs articulations de l’interligne. Il existe parfois une déformation dorsale du pied d’où le nom de « tarse bossu » en rapport avec la formation d'ostéophytes ( "becs osseux" liés à l'arthrose).

 

  • Cette excroissance osseuse peut irriter un nerf superficiel et être à l’origine de douleurs irradiant vers les orteils avec parfois une perte de sensibilité du dos du pied.

 

lisfranc2.jpg

•    Le pied est parfois déformé, en pied plat valgus le plus souvent, parfois en pied creux varus. Il existe parfois un hallux           valgus associé (déformation du gros orteil), notamment dans les arthroses centrales du Lisfranc.

QUELS SONT LES EXAMENS NÉCESSAIRES ?

  • Le diagnostic peut être suspecté lors de l’examen clinique (cf. paragraphe précédent).

  • Les examens d’imagerie sont nécessaires pour confirmer le diagnostic et identifier les modifications morphologiques du pied qui peuvent être l’origine ou la conséquence de l’arthrose.

 

  • Les radiographies de face, profil et déroulé du pied en charge permettent de localiser et préciser la sévérité de               l’arthrose, de rechercher d'autres anomalies (hallux valgus, excès de longueur du 2ème métatarsien...), et de                        caractériser la  morphologie globale du pied (plat, creux ou normal).


  •   Pour préciser les lésions, votre chirurgien pourra vous prescrire des examens complémentaires (scanner, IRM,..).

 
 
 

?

SI ON NE TRAITE PAS ?

  • L’absence de traitement favorise la persistance de la douleur avec dans certains cas une aggravation de la déformation.. Progressivement, l’enraidissement du médio-pied va rendre de plus en plus difficile la marche et le chaussage.

 

 TRAITEMENT MÉDICAL

  • ​Les médicaments contre la douleur par voie générale ou locale sont utilisés en première intention.

 

  • Les orthèses plantaires (semelles orthopédiques) qui soutiennent l’arche médiale du pied peuvent soulager les douleurs par un meilleur soutien permettant de caler le médio-pied diminuant ainsi les contraintes.

 

  • Les infiltrations sont parfois indiquées mais de réalisation difficile car l’interligne est étroit. Elles sont le plus souvent réalisées sous contrôle d’un appareil de radiologie(par un radiologue spécialisé sous contrôle scopique).

TRAITEMENT CHIRURGICAL

  • La technique de référence est l’arthrodèse ( blocage articulaire définitif) de l’interligne de Lisfranc ( partiel ou total), selon l’étendue de l’atteinte. L'atteinte articulaire est traitée de manière efficace et durable; la douleur disparaît par résection de l’articulation douloureuse.

  • Cette arthrodèse permet de traiter l’arthrose et dans le même temps de corriger la déformation du pied. L’arthrodèse du Lisfranc consiste à bloquer les 2 versants de l'articulation et à les faire consolider dans une position adéquate. 

lisfranc3.jpg
  • L'intervention chirurgicale est suivie d’une immobilisation du pied (botte de marche ou résine). L’appui est généralement interdit durant la période d’immobilisation.

 

  • Dans certains cas, une résection des ostéophytes ou d’un coin de base du métatarsien concerné par la zone arthrosique peut être réalisé. Dans d’autres cas, on peut utiliser des prothèses en pyrocarbone. Des gestes associés sont parfois utilisés tels que des ostéotomies distales des métatarsiens, des allongements tendineux...

 
Capture d’écran 2018-12-07 à 11.59.46.pn