ARTHROSE DE LA CHEVILLE

TRAITEMENT

DESCRIPTION

 

 

  • La cheville est l’articulation qui unit la jambe au pied. Elle est formée :
     

    • de l’extrémité inférieure du tibia.

    • de l’extrémité inférieure de la fibula (le péroné).

    • du talus (l’astragale).
       

  • Cette articulation est entourée par la « capsule articulaire », une sorte de manchon fibreux renforcée par des ligaments qui assurent la stabilité de l’articulation.
     

  • Les mobilités de la cheville se font principalement :
     

    • en flexion plantaire : pointe de pied en bas.

    • en flexion dorsale ou extension : pointe de pied vers le haut.
       

  •  Cette articulation est bien évidemment fondamentale pour la marche à plusieurs titres :
     

    • pour d’appui au sol et d’adaptation au terrain.

    • pour le passage du pas.
       

  • L’arthrose de la cheville correspond à l’usure de l’articulation de la cheville. Cette usure touche essentiellement lecartilage.

  • Le cartilage estle revêtement qui permet le glissement et la bonne mobilité des surfaces de l’articulation.

POURQUOI APPARAÎT-ELLE   ?

  • Cette arthrose peut être « primitive », c’est à dire sans cause particulière.
     

  • Cette arthrose est le plus souvent secondaire, c’est-à-dire favorisée par des anomalies architecturales.
     

  • Cette arthrose « secondaire », peut aussi être favorisée par :
     

    • des séquelles de traumatismes anciens ou répétés de la cheville :

      • entorses de la cheville laissant persister une laxité articulaire.

      • séquelles de fracture de la cheville ou de la jambe…
         

  • Ces séquelles peuvent entraîner la survenue d’une arthrose même très longtemps après le traumatisme.
     

  • Ou des microtraumatismes répétés, notamment sportifs.

COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC ?

  • L’arthrose de cheville s’exprime tardivement par :
     

    • des douleurs survenant lors de l’utilisation de la cheville : marche, course, station debout, conduite automobile …).

    • un enraidissement de la cheville diminuant les mobilités articulaires, notamment en flexion et/ou en extension.

    • un gonflement articulaire par épanchement de liquide synovial.

    • autres symptômes : craquements, des blocages, une boiterie…
       

  •  L’examen médical peut retrouver :
     

    • une diminution des mobilités articulaires.

    • parfois des signes en rapport avec une cause favorisante : laxité séquellaire d’entorse, déformation de l’axe de la cheville et du pied constitutionnelle ou séquellaire d’un traumatisme.
       

  • le bilan radiographique confirme le diagnostic, retrouvant :
     

    • une diminution de l’épaisseur du cartilage articulaire : pincement articulaire produisant un rapprochement des surfaces articulaires.

    • il peut s’y associer des « ostéophytes » : excroissances osseuses bordant les surfaces articulaires ou « bec de perroquet ».

    • d’autres examens sont souvent nécessaires pour préciser les lésions, la cause éventuelle de l’arthrose et préparer l’intervention (scanner ou arthroscanner, IRM, cliché des axes des membres inférieurs, de l’axe de la cheville, échographie précisant l’état ligamentaire…).

 
 
 
 

LES TRAITEMENTS MÉDICAUX

  • Le traitement médical (non chirurgical) est le premier temps de la prise en charge.
     

  • Les mesures médicales qui peuvent être proposées sont :
     

    • la correction d’un excès de poids.

    • traitements médicamenteux (antalgiques, anti inflammatoires, protecteurs du cartilage).

    • de la kinésithérapie.

    • le port d’orthèses plantaires (réalisées par votre pédicure podologue), de chaussures adaptées.
      des injections intra articulaires : corticoïdes, viscosupplémentation, PRP (produits dérivés du plasma).
       

  • Le traitement chirurgical peut être proposé quand le traitement médical n’est pas efficace.
     

  • Dans les stades les plus évolués : arthrose sévère
     

  • 2 types d’opérations sont possibles :
     

    • le blocage de l’articulation : l’« arthrodèse ».

    • la mise en place d’une prothèse : pour remplacerles surfaces articulaires.
       

  • Le choix est celui du chirurgien et repose sur un certain nombre de critères : âge, poids,activités régulières ou sportives du patient, cause de l’arthrose, existence d’une atteinte du reste du pied…
     

  • Dans les stades moins évolués : arthrose débutante
     

  • Dans certaines formes d’arthrose, on pourra également faire appel à un nettoyage articulaire de manière ponctuelle (« lavage débridement »).
     

  • Dans les formes d’arthrose débutantes avec comme facteur favorisant une désaxation du segment jambier, il pourra être réalisée des « ostéotomies » (coupes osseuses réorientant les forces).

LES TRAITEMENTS CHIRURGICAUX

En cas d’arthrose débutante ou non sévère :
 

  • Le débridement articulaire :
     

  • C’est le « nettoyage » de l’articulation. Le chirurgien retire les « corps étrangers », les butoirs osseux…
    cette opération peut se faire :

     

    • sous arthroscopie : les instruments et l’optique de la caméra étant alors introduits par de petites incisions centimétriques.

    • en chirurgie classique avec une incision de plusieurs centimètres si le nettoyage doit être plus important.
       

  • Les ostéotomies de la partie basse de La jambe : « ostéotomies supra malléolaires »
     

    • cela consiste en la réalisation d’une coupe osseuse correctrice ou « ostéotomie »
      (équivalent d’une fracture chirurgicale)

    • pour rétablir l’axe de la cheville et tenter de ralentir l’évolution de l’arthrose en harmonisant les contraintes mécaniques sur l’articulation de la cheville.

En cas d’arthrose ancienne ou  sévère :
 

  • L'athrodèse de la cheville :

En cas d’arthrose débutante ou non sévère :
 

  • Le débridement articulaire :
     

  • C’est le « nettoyage » de l’articulation. Le chirurgien retire les « corps étrangers », les butoirs osseux…
    cette opération peut se faire :

     

    • sous arthroscopie : les instruments et l’optique de la caméra étant alors introduits par de petites incisions centimétriques.

    • en chirurgie classique avec une incision de plusieurs centimètres si le nettoyage doit être plus important.
       

  • Les ostéotomies de la partie basse de La jambe : « ostéotomies supra malléolaires »
     

    • cela consiste en la réalisation d’une coupe osseuse correctrice ou « ostéotomie »
      (équivalent d’une fracture chirurgicale)

    • pour rétablir l’axe de la cheville et tenter de ralentir l’évolution de l’arthrose en harmonisant les contraintes mécaniques sur l’articulation de la cheville.

 
Capture d’écran 2018-12-07 à 11.59.46.pn